Breaking News
Home / Art & Culture / Tactique – Luis Suarez au Barça, comment ça marche ?

Tactique – Luis Suarez au Barça, comment ça marche ?

Luis Suarez s’apprête à rejoindre le Barça. Tactiquement, quels avantages et quels problèmes apporte-t-il ?

Il n’a pas encore signé mais ça ne saurait tarder. Luis Suarez devrait rapidement quitter les bords de la Mersey et rejoindre la Catalogne, où il découvrira le football avec Lionel Messi et Neymar. Quel apport au Barça et comment l’intégrer ?

Le recrutement de Luis Suarez s’inscrirait dans la même logique que celui d’Ivan Rakitic : ajouter un joueur au pic de sa carrière, au sommet de sa forme physique, susceptible de redynamiser le jeu catalan. LeBarça a vieilli et ralenti en même temps que ses guides, Carles Puyol, Xavi, et a besoin d’une nouvelle énergie.

Mais tactiquement, l’incorporation de l’Uruguayen présente plus d’incertitudes. En sélection, El Pistolero joue dans l’axe depuis plusieurs années, depuis la fin de l’ère Diego Forlan. Sous le maillot de Liverpool, Luis Suarez a navigué sur l’échiquier rouge au gré des envies de ses coachs. Parfois sur le côté, souvent dans l’axe, Suarez a exprimé sa pleine mesure quand il a été libéré par Brendan Rodgers, autorisé à fouler toutes les zones du terrain. Il aime trouver de l’air sur les ailes, y provoquer les défenseurs adverses, autant qu’il apprécie les décrochages, jouant en déviation avant de repartir vers le but.

Des idiosyncrasies qui lui seront peut-être interdites au Barça, où les joueurs sont soumis au régime de Lionel Messi, à qui l’axe est réservé. En équipe d’Argentine, bien que les médias et Alejandro Sabella évoquent un 4-3-3, Messi existe en réalité hors des règles et des considérations systémiques. Il reste au centre du jeu, prêt à attaquer les espaces, que ce soit par la passe (en témoigne l’ouverture sublime délivrée à Angel Di Maria contre la Belgique) ou la course, comme il l’a fait face à la Suisse en donnant la passe décisive du but libérateur.

Luis Enrique, adepte du jeu de possession prôné par l’école catalane, qu’il tenta d’exporter en vain à la Roma, modifiera-t-il les traditions récentes du club ? Luis Suarez peut tout à fait évoluer sur une aile, mais il s’agit ensuite de répartir les responsabilités et les influences. Messi, généralement inactif quand le Barça entre en phase défensive, est le seul exempté des tâches sans ballon. Un procédé qui ne devrait pas gêner l’attaquant uruguayen, capable de défendre et de presser la relance adverse (Suarez a réalisé 1,1 tacles par match la saison dernière, soit deux fois plus que la Pulga).

Offensivement, il faudra organiser le futur trio Neymar – Messi – Suarez de façon à ce que les trois membres puissent briller. L’aire de jeu dédiée à Messi a parfois empiété sur celles de ses partenaires. Si Alexis Sanchez marque avec le Barça, ses performances sont bien plus réjouissantes avec le Chili, où il dispose d’un meilleur statut qu’en Catalogne. Première option dans l’attaque de la Roja, il n’est pas restreint au flanc droit comme sous la tunique Blaugrana. Suarez pourrait souffrir des mêmes maux s’il devait passer le plus clair de son temps près de la ligne de touche, trop loin du but.

Le Barça a enfin recruté un véritable buteur, mais pas un 9 classique. L’Uruguayen effectuait 38 passes par match avec Liverpool la saison passée, soit 15 de plus que Fernando Llorente avec la Juventus Turin, et le double du nombre de transmissions réalisées par Gonzalo Higuain avec le Napoli, deux avant-centres dont le style nécessite moins d’attention de la part de leurs coéquipiers. Pour ne pas faire échouer l’adaptation de Suarez, Luis Enrique aura des ajustements majeurs à faire. Et devra peut-être aller jusqu’à changer de dispositif.

About panicfm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*